Illustration actualité

Point sur le projet de loi énergie-climat

L’Assemblée nationale a adopté en 1ère lecture le projet de loi relatif à l’énergie et au climat. Le rejet des amendements portés par M. Raphaël SCHELLENBERGER et ses collègues les Républicains n’a malheureusement pas permis de hisser ce texte à la hauteur des défis environnementaux qui font face à notre pays. Alors que le Parlement est laissé à l’écart des arbitrages pourtant stratégiques conduits dans le cadre de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), l’examen de ce projet de loi était l’occasion de corriger des orientations énergétiques incohérentes et inefficaces installées par la loi de transition énergétique adoptée en 2015. Le refus du Gouvernement n’aura pas permis cela. Ce projet de loi se limite donc à introduire des ajustements, sans remise en cause de la stratégie générale d’attente alors que la situation exige des prises de décisions rapides.

L’adoption d’un amendement de la majorité renvoyant à 2023 la discussion parlementaire sur les priorités d’action pour répondre à l’urgence climatique témoigne de cette position d’attente particulièrement préjudiciable au regard du besoin de décisions rapides pour engager dès à présent des projets qui s’inscrivent dans un temps nécessairement long. M. le Député est intervenu en ce sens lors des débats :

«N’attendons pas 2023 pour débattre au Parlement de notre politique énergétique! Agissons dès à présent pour préparer, en responsabilité, l’avenir du pays : garantir un mix propre, la tenue du réseau électrique et notre indépendance énergétique » – R. SCHELLENBERGER.

le Député a dénoncé l’incohérence de la politique gouvernementale en matière de lutte contre le réchauffement climatique :

  • « Si on veut que les objectifs du gouvernement en matière de décarbonation soient sincères, pour l’électricité, commençons par fermer les moyens de production carbonés, avant de fermer les centrales nucléaires. Or, aujourd’hui, on prévoit de fermer une centrale nucléaire, celle de Fessenheim, avant les centrales à charbon, sans parler des tranches au gaz et au fioul. C’est quand même invraisemblable ! » ;
  • « La priorité, c’est évidemment la décarbonation de notre économie, et pour le moment les décisions qui sont prises elles ne sont pas cohérentes avec cette ambition» – R. SCHELLENBERGER

« Avec François DE RUGY ce n’est pas l’écologie qui agit, c’est l’écologie facile à vendre » – L’interview de M. SCHELLENBERGER dans les colonnes du média spécialisé l’Energeek >>https://lenergeek.com/2019/07/03/raphael-schellenberger-loi-energie-climat-ppe-nucleaire-renouvelables-fossiles/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

Ce projet de loi doit à présent être examiné au Sénat, à partir du 16 juillet en séance publique.