FESSENHEIM : mise au point

-COMMUNIQUE DE PRESSE-

La visite de François De Rugy et de sa secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon mérite une mise au point. Le contrat de territoire dont la signature est proposée à différents partenaires institutionnels locaux n’est qu’une farce qui n’aborde aucune des vraies questions qui se posent pour la reconversion de notre région.

Ce document se contente de formaliser le mépris du gouvernement vers les collectivités territoriales alsaciennes. Alors que cela fait plus d’un an que les différents acteurs de ce dossier se réunissent pour y travailler, les seuls éléments qui y figurent sont les idées et projets développés et mis en œuvre depuis longtemps par les élus du territoire. Il n’y a aucun engagement de l’Etat, pourtant seul responsable de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.

Je tiens à dénoncer également la différence de traitement que le gouvernement inflige à l’Alsace.

  • Pour les territoires concernés par la fermeture de centrales à charbon, le gouvernement met des moyens financiers et déploie des stratégies énergétiques.
  • Pour la Bretagne, victime d’une faiblesse de son approvisionnement électrique, le gouvernement autorise des innovations qu’il refuse depuis 1 an aux alsaciens qui s’apprêtent pourtant à connaître les mêmes problèmes avec l’affaiblissement de notre système de production d’électricité.

Pendant ce temps, autour de Fessenheim, le gouvernement nous endort avec la rédaction d’un annuaire de mesures dont aucune ne fait l’objet d’un financement sérieux de la part de l’Etat.

Pire, il refuse de voir ce qui est en phase de devenir une évidence à l’échelle européenne : l’ensemble de la plaine du Rhin va se retrouver dans une situation de fragilité électrique.

Trop de questions sont encore en suspens quant à l’engagement sincère du gouvernement à réussir la reconversion économique, sociale, énergétique et industrielle de notre territoire.

Ainsi j’en appelle à l’ensemble des victimes de ce canular gouvernemental à ne pas signer ce document. L’Alsace ne doit pas payer l’inconséquence des décisions de Hollande-Macron !